La pharmacologie : Effets indésirables des médicaments

Résumé

Bien que les résidents âgés présentent de nombreux facteurs les rendant vulnérables aux effets indésirables des médicaments, ce sont eux qui consomment le plus de médicaments [1]. Une étude menée dans la région de Québec montre que 94 % des résidents en centre d’hébergement reçoivent au moins un médicament comparativement à 60 % des personnes âgées vivant à domicile. Ces mêmes résidents utilisent en moyenne 4,8 médicaments par jour et 85 % d’entre eux se voient prescrire un médicament pour le système nerveux central [2]. Les données probantes concernant les soins pharmaceutiques à offrir aux résidents des centres d’hébergement sont relativement sommaires. Le peu d’intérêt que suscite cette clientèle et sa grande hétérogénéité font en sorte que les personnes âgées et a fortiori, celles vivant en milieu d’hébergement, sont le plus souvent exclues des essais cliniques de l’industrie pharmaceutique [3, 4]. Lors de la mise en marché de nouvelles molécules, le médecin risque alors d’exposer ses patients les plus vulnérables à des effets imprévus. Au moment d’entreprendre un traitement, les doses offertes sont parfois trop élevées pour ces personnes. À défaut de données appropriées, les connaissances obtenues auprès d’adultes plus jeunes sont extrapolées aux populations des centres d’hébergement, et ce, parfois à leur détriment. Par ailleurs, l’application stricte des lignes directrices auprès d’une clientèle souffrant de multiples maladies chroniques simultanées favorise l’émergence de la polymédication [5].

Accès au contenu du Guide médical en soins de longue durée
Pour accéder au contenu intégral du guide, veuillez saisir vos identifiant et mot de passe dans les boîtes ci-dessous et cliquer sur le bouton « Connexion ».

Nouvel accès
Pour se créer un compte et accéder au contenu intégral du guide, veuillez remplir le formulaire.

Connexion

Scroll